Un éducateur qui utilise les méthodes positives : les vrais & les faux

 

Suite à une discussion entre collègues en 2010, j’ai regardé un peu les sites d’autres éducateurs et quelle ne fut pas ma surprise d’en voir certains se targuer d’utiliser des méthodes positives alors qu’ils utilisent clairement des méthodes traditionnelles & coercitives !

 

Aujourd’hui, en 2012, je modifie un peu cet article parce que les « faux positifs » ou « tradi-jambon » me semblent pulluler ! Et ils se cachent presque bien !

 

Publicité mensongère ?.. Oui, à mon sens !

 

qui sont-ils ?

La plupart du temps, il s’agit d’éducateurs qui ont été formés au départ en méthode traditionnelle (jusque là, il n’y a pas de mal… J’ai aussi commencé comme ça alors je ne vais pas leur jeter la pierre !), qui ont amorcé le virage des méthodes positives, sûrement d’ailleurs parce qu’ils ont pris conscience que c’est de plus en plus la demande des propriétaires de chiens mais (parce qu’il y a un ENORME « mais » !) qui se sont arrêtés en cours de route dans leur remise en question !

Alors n’ayant pas été au bout de la démarche du changement psychologique qu’impose la réelle utilisation de méthodes positives, ils reviennent à leur attitude initiale mais se targuent d’utiliser d’autres méthodes, sou couvert de distribution de récompense ou de « vous voyez, je ne crie pas ».

Mais pour un « non initié », comment les reconnaître ?

Déjà, commençons par poser la définition des méthodes positives :

 

Il s’agit de se concentrer sur le renforcement (récompense dont la valeur est adaptée à l’effort demandé au chien) des bons comportements du chien en ignorant (ou en enlevant la récompense – c’est ce qu’on appelle une « punition négative » : on enlève quelque chose de positif pour le chien) lorsque le comportement est inadapté. Nous allons donc effectivement utiliser la récompense mais à bon escient, aux moments appropriés (timing) et non en fin de séance « pour faire joli » et nous allons travailler progressivement de manière à mettre le chien dans des conditions optimales de réussite.Pas de « non » à tout bout de champ mais des « oui ».Pas de tirage de laisse ; pas de collier étrangleur ; pas de coup de genou ou autre pour remettre le chien en ligne ; pas d’aboiement d’ordres.

 

Une méthode positive, c’est le respect, l’écoute, et en terme de communication : un pas vers l’autre pour lui permettre de faire un pas vers nous.

 

A contrario, une méthode traditionnelle, coercitive va punir les comportements inappropriés en ajoutant un élément désagréable pour le chien (tirer sur la laisse, réprimander.. non, pas forcément fort… Mais c’est là, pourtant !) pour que le chien évite de réitérer quelque chose de désagréable pour lui.

 

C’est trop souvent également demander au chien de s’adapter à notre communication, à notre volonté, sans réellement tenir compte de son individualité.

 

Ensuite, je vais essayer de vous donner quelques exemples, non nominatifs, évidemment.

  • La page de présentation parle de méthodes positives mais rapidement, on arrive sur des photos avec des colliers étrangleurs… Posez-vous la question ! N’y a t-il pas comme une incohérence ? Parce qu’au final ? A quoi sert un collier étrangleur si ce n’est à apporter une secousse désagréable au chien qui ne marche pas en laisse et donc une punition ?
  • L’éducateur contraint ou vous demande de contraindre le chien ?.. Il utilise la laisse pour indiquer au chien qu’il faut rester au pied (en tirant dessus) : ça n’a rien de positif ! Il vous demande de le mettre dans une position ? FAUX ! Un éducateur méthode positive vous montrera comment inciter/amener votre chien à adopter lui-même ce comportement, sans le forcer, sans le contraindre à le faire.
  • Il est fait mention de « méthode douce » ou « méthode naturelle »?.. Ce n’est pas parce qu’on ne crie pas & qu’on ne tape pas qu’on n’utilise pas malgré tout une méthode coercitive. La dernière phrase en vogue semble être le « je le punis, mais pas fort » (genre « on n’est pas des brutes »)… Il n’empêche que s’il y a punition par ajout de quelque chose de désagréable, on ne peut plus parler de méthode positive !
  • L’éducateur vous parle de dominance, de chien dominant, de devoir dominer votre chien, vous imposer, le soumettre, être le maître, etc.. Il vous parle de hiérarchie pour le « pas bouger » ou le « coucher » ?.. Je suis au regret de vous dire qu’il a 30 ans de retard en éthologie ou n’a pas réellement compris à mon sens, la relation à l’animal qui se doit de passer par le respect, l’écoute & la communication (C’est si facile de dire que le chien est dominant plutôt que de remettre en cause sa propre communication, n’est-ce pas ?)
  • L’éducateur vous parle de « dressage » : faites lui préciser ce qu’il entend par là. Il se peut qu’il ait sciemment utilisé le terme pour faciliter l’accès à son site, mais un chien ne se dresse pas, il s’éduque. Et dans tous les cas, un éducateur méthodes positives vous dira très certainement que de toute façon, ce n’est pas le chien qu’il éduque mais vous
  • L’éducateur vous précise qu’il est mieux d’attendre que le chien ait 4, 5, 6 mois pour démarrer son éducation ? Bingo : les mauvaises habitudes seront peut-être déjà ancrées !.. L’éducation positive se démarre dès que le chien est chez vous (Voire même avant !) ! On lui apprendra par exemple d’abord à marcher sans laisse puis ensuite avec, de façon à ce que cette laisse ne soit perçue que comme un lien et non un outil d’information de direction.
  • Attention, il semble aussi que cette dérive apparaisse chez quelques individus plutôt « extrémistes » des méthodes positives… mais avec qui je ne partage visiblement pas la même philosophie : pour eux, le chien doit être le plus libre possible et positif se traduirait par « absence de punition » traduit ensuite par « absence de limite » : il n’a, à mon sens, JAMAIS été question de ça !
  • L’éducation à tout âge : bien sûr ! J’ai lu sur un site que passer 6 ou 7 ans… bof ! Que nenni !!! Un chien apprend à tout âge même si évidemment, revenir sur un passif est toujours plus difficile que de démarrer d’une « page blanche »
  • Le cours se termine par une caresse ? un jeu ? une croquette ?.. ce n’est pas ça, le travail à la récompense : la récompense, pour être efficace, se doit d’être donnée au bon moment en fonction de ce que vous désirez travailler et non de manière différée. Nous ne sommes pas que de gentils distributeurs de jambon ! Et si abreuver son chien de récompense pour qu’il comprenne ce qu’il a à faire suffisait, ça se saurait !

Il y a une énorme différence !

« Il y a une énorme différence entre « donner des récompenses » et appliquer une application scientifique de la méthode des récompenses » (Et ce n’est pas moi qui le dit ! – http://www.urbandogtraining.com.au)

  • « Félicitez votre chien ! »… Ce n’est pas forcément une récompense… Cela peut l’être mais ça dépend du chien & de l’apprentissage. Ce n’est pas au maître ou à l’éducateur de décréter ce qu’est une récompense et si la félicitation suffit : c’est en étant à l’écoute de son chien qu’on sait s’il perçoit ça comme une récompense ou non.
  • « on ne peut apprendre sans punition » : ok !.. Mais sur « punition », il faut s’entendre. On peut ajouter un truc que le chien cherche à éviter (sanction plus ou moins appuyée, prise par les poils de l’encolure plus ou moins sèche & remise en place, etc – on parle dans ce cas de « P+ » : on ajoute une punition) OU ALORS (et c’est ce que je prône ici), on enlève quelque chose que le chien apprécie (on parle de « P-« ).

 

Je sais que tout ceci peut ne pas paraître évident pour quelqu’un qui débute avec son chien ou cherche à se renseigner.

Pas facile d’y voir clair dans ce qui ressemble parfois à une guerre de clochers, une série de revendications & manifestations genre « café-philo » entre interlocuteurs aux intérêts financiers et coqs en recherche de notoriété.

 

Mon conseil : suivez votre instinct et soyez à l’écoute de votre chien ! Comment voyez vous la relation avec lui ? Quel est votre objectif avec lui ?

Souhaitez vous une relation basée sur l’autorité, l’opposition, la contrainte et la recherche de la faute à punir ou envisagez-vous la vie comme un partenariat, une confiance réciproque, un travail d’équipe ?

 

C’est là, la différence entre « positif » et « traditionnel »

 

On ne fait pas faire au chien : on l’incite à faire. On ne le couche pas en le prenant par les pattes avant : on l’incite à se coucher de lui-même.

On ne récrimine pas un chien qui a un mauvais comportement (saute sur les gens, part aboyer dehors..) mais on lui propose un comportement alternatif plus adapté (assis, revenir vers vous pour jouer à la balle dans les exemples précédents)

Etc.

 

Alors oui, même si un éducateur a énormément de notoriété, que sa chaîne youtube est vue plein de fois, voire même qu’il passe à la télévision dans des émissions comme « 30 millions d’amis », il se peut qu’il ne soit pas si positif qu’il veut le faire croire alors gardez votre sens critique et votre esprit ouvert : ne les laissez pas vous faire croire qu’eux seuls détiennent la vérité !

N’hésitez pas non plus à faire jouer le bouche à oreille ou les réseaux existants comme le MFEC

 

Article écrit par Dog Educ.